Association de Défense du Clos d'Ambert - ADCA - B.P. 17 - 93161 Noisy-le-Grand Cedex

Les Noiséens contraints de quitter leur ville

 

LES NOISEENS CONTRAINTS DE QUITTER LEUR VILLE

 

 

Le conseil municipal s'est réuni en séance extraordinaire le 15 mai 2009. Cette réunion concernait le quartier du Pavé Neuf. Alerté par un courrier d'une habitante du quartier du Pavé Neuf, contrainte de quitter la ville suite à des agressions physiques à répétition dont elle a été victime, le maire a décidé de convoquer cette séance extraordinaire. En effet, le quartier du Pavé Neuf connait une recrudescence d'agressions physiques et de vols avec violence, d'actes de vandalisme, de dégradation de biens, etc. Les victimes quotidiennes de ces actes violents sont les habitants de ce quartier ainsi que les passants. Nous pouvons nous interroger sur le nombre d'habitants ayant été contraints de quitter Noisy-le-Grand pour des raisons similaires, et sans s'exprimer auprès du maire.

 

La lettre de cette habitante faisait également mention de « problèmes d'insécurités rencontrés dans ce quartier ». Le Maire a souligné, au cours de cette séance, le caractère grave des faits qui se sont produits au cours du premier trimestre 2009. Pour rappel, les actes de violence et de vandalisme commis dans le quartier du Pavé Neuf sont les suivants :

 

-        agressions et vols avec violence quasi-quotidiennes envers les habitants du quartier et des passants ;

-        destruction quasi-simultanée de 9 caméras de vidéosurveillance sur les 13 que la commune de Noisy-le-Grand a installée dans ce quartier pour faire face aux graves problèmes d'insécurité ;

-         incendie d'un mini bus municipal ;

-        cambriolage et dégradation des locaux de la Direction du Développement Urbain et de l'Habitat (DDUH) entraînant la destruction de l'œuvre réalisée par les enfants du quartier ;

-         incendie des locaux de la DDHU dans la nuit du 23 au 24 mars 2009 (photo 1, photo 2).

 

Pour plus d'information, cliquer sur le lien suivant (compte rendu de la séance extraordinaire du 15/05/2009).

 

Bien entendu, tous les noiséens, plus particulièrement ceux du Clos d'Ambert, sont de tout cœur avec les habitants du quartier, et nous condamnons tous les actes de violence.

 

L'ADCA et les habitants du quartier du Clos d'Ambert ont toujours fait par de leur désaccord face au projet d'aménagement de la mairie pour créer une cité au milieu de la zone pavillonnaire de Noisy Centre. Si par malheur, ce projet d'aménagement abouti à la création de 1200 logements sur une superficie de moins de 7 hectares (hors voierie, jardin), il provoquera une densification de la population bien plus importante que celle du quartier du Pavé Neuf. Pour information, le quartier du Pavé Neuf représente 301 898 m² et comprend 9 000 habitants (soit environ 300 habitants par hectare). Nous estimons la population sur le terrain du Clos d'Ambert, selon les informations qui nous ont été fournies lors des réunions précédentes, à 4000 – 5000 habitants pour une superficie de 69 331 m² (soit environ 650 habitants par hectare). Cela signifie que la densification sur le terrain du Clos d'Ambert sera plus de 2 fois supérieure à celle du Pavé Neuf. Imaginez l'impact sur le quartier du Clos d'Ambert et ses environs ! Ce sera très probablement la cité qui comporte la densification la plus importante de tout Noisy-le-Grand sur une petite superficie.

 

Nous espérons que les problèmes d'insécurité dans Noisy-le-Grand feront réfléchir le Maire avant de lancer un projet d'aménagement, provoquant une densification de la population grandissante. Tout le monde se rappelle que Monsieur le Maire a été le premier Maire de France à demander l'intervention de l'armée lors des émeutes intervenues en novembre 2005.

Enfin, nous espérons que dans l'avenir Monsieur le Maire ne sera pas contraint de demander l'intervention des Nations Unies (Casques bleus).

 

 

 

 

LA CREATION DE LA ZAC DU CLOS D'AMBERT

 

 

Au cours du conseil municipal du 14 mai 2009, la création de la ZAC du Clos d'Ambert a été votée à la majorité. Avant ce vote, le terrain du Clos d'Ambert était classé en ZAD (Zone d'Aménagement Différé). Cela signifie que l'aménagement de ce terrain pouvait être mixte zone pavillonnaire et petits collectifs de 2 à 3 étages. Depuis la création de la ZAC (Zone d'Aménagement Concerté), la mairie pourrait réaliser son projet d'aménagement de 1200 logements répartis sur plusieurs immeubles (R + 4 + C).

 

Malheureusement, monsieur le Maire n'a pas tenu compte de l'avis des habitants du quartier majoritairement opposés à ce projet d'aménagement, ni de celui du Commissaire enquêteur mandaté par lui-même. Monsieur le Maire n'a pas non plus pris en considération les problèmes graves d'insécurité dus à une densification massive à Noisy-le-Grand.

 

Pendant la séance, monsieur le Maire a souligné que les objectifs de la ZAC sont les suivants :

 

-        « mettre en œuvre un projet urbain durable, respectueux de l'environnement afin de créer un quartier équilibré ;

-        accueillir des programmes de logements variés en nombre suffisant pour répondre à la demande des habitants ».

 

Cependant, les habitants du quartier du Clos d'Ambert ainsi que des noiséens d'autres quartiers ont déjà exprimé leur opposition à ce projet d'aménagement et aux autres projets similaires à Noisy-le-Grand (voir les articles précédents). Sans parler les problèmes de circulation, stationnement, de transport en commun, de places dans les établissements scolaires, d'insécurité, de nuisances de toutes sortes, de manque d'ensoleillement etc, nous notons que ce programme d'aménagement ne respecte pas certains aspects, notamment :

 

-        l'environnement naturel serait menacé puisque, selon nos informations, une source d'eau est présente sous le terrain du Clos d'Ambert, et dans l'avenir, l'eau deviendra une richesse rare. Cette ressource sera bien plus utile que des immeubles. De plus, Noisy-le-Grand ne dispose pas d'espaces vert tels que des grands jardins publics. Lorsqu'un jardin public existe, il se trouve cacher au milieu de nombreux immeubles. Seuls les habitants, qui vivent autour du jardin public, peuvent éventuellement en profiter ;

-        l'environnement urbain serait brisé puisque la construction d'immeubles au cœur de la zone pavillonnaire de Noisy Centre provoquerait un déséquilibre total dans le paysage urbain de notre quartier, et à termes la destruction complète de la zone pavillonnaire de Noisy Centre et ses environs au profit d'immeubles. Par ailleurs, la mairie a acquit nombreux pavillons et terrains dans notre zone pavillonnaire. Par exemple : rue Rouget de Lisle, rue de Malnoue, rue Jules Ferry, rue de la Haute Maison, avenue Emile Cossonneau, dans les quartiers de la pointe de Gournay, Villefix, et très prochainement, dans le quartier de la Grenouillère (rue de Malnoue), etc. Ses acquisitions vont se poursuivre dans l'avenir. L'objectif de ses acquisitions est de construire des logements locatifs sociaux en grande partie.

 

La ZAC du Clos d'Ambert à peine créée, la commune de Noisy-le-Grand, trop pressée pour mener à bien son projet d'aménagement, a publié une annonce au Journal Officiel le 20 mai 2009 relatif à un appel d'offre pour un contrat de concession et réalisation de travaux dans la ZAC (voir publication au JO). Quelle entreprise pourrait acceptée ce contrat en sachant que 3 recours existent contre le PLU et sa modification et aucun d'entres eux est purgé à ce jour ?

 

Qu'adviendra-t-il de notre zone pavillonnaire si elle est parsemée de ce type de constructions ? Dans un proche avenir, et à ce rythme, Noisy-le-Grand deviendra la première ville sociale de l'Est parisien. Les habitants de Noisy-le-Grand n'ont pas besoin de tous ces logements, sauf si la mairie cherche des gens d'ailleurs. Dans ce cas, même 5 millions de logements ne suffiront pas.

 

 

 

VOTE DU PROTOCOLE FONCIER D'ACQUISITION DU TERRAIN DU CLOS D'AMBERT

 

 

Parallèlement à la création de la ZAC du Clos d'Ambert, la majorité a voté le protocole foncier entre l'Etat et EPAMARNE permettant l'acquisition de 54 006 m² par la commune de Noisy-le-Grand. Selon l'article 4 de ce protocole, « la signature des actes authentiques est conditionnée à la purge des délais de recours contre le PLU, approuvé par le Conseil municipal le 26 juillet 2007 » (voir compte rendu du conseil municipal du 14 mai 2009). Au cours de la séance, monsieur le Maire a proposé de renoncer à cette condition suspensive pour accélérer la mise en œuvre de son projet d'aménagement.

 

Pour infirmation, il existe au moins 3 recours contre le PLU et la modification du PLU, non purgés à ce jour. Nous sommes en droit de nous interroger sur la légalité de supprimer la clause suspensive du protocole foncier, qui est échu depuis le 1er avril 2009. Cette manœuvre est-elle issue d'une décision unilatérale de la part de la commune de Noisy-le-Grand, ou bien a-t-elle été concertée avec les autres parties signataires du protocole ? Il est difficile d'imaginer l'Etat ou EPAMARNE ignoré les différents recours contre le PLU et sa modification, et les conséquences sur le projet d'aménagement envisagé par la mairie sur le terrain du Clos d'Ambert entre autres. Ces parties savent bien que des décisions de justice sont attendues et que la Loi est au-dessus de tous.

 

Mai 2009



19/07/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres